Pendant ce temps en Syrie

Dans la vie, parfois il y a des évènements tristes qu’on peut choisir d’ignorer. Ils sont parfois dus à des injustices flagrantes, à des décisions qui n’ont pas lieu d’être prises, à l’aveuglement idéologique des puissants ou à leur immobilisme, parfois il n’y a pas d’explication. Mais parfois nous disposons de suffisamment d’informations pour voir les choses telles qu’elles sont. Il suffit de les chercher.

Pour comprendre la situation en Syrie, il faut remonter au moins jusqu’au 17 décembre 2010. Ce jour-là, dans la ville tunisienne de Sidi Bouzid, un vendeur ambulant tunisien du nom de Mohammed Bouazizi se fait une fois de plus confisquer son matériel de travail : une charrette et une balance, et gifler par l’un des agents de police. Il tente le même jour de se plaindre à la Mairie, puis au gouvernorat. Face au désintérêt total de ces institutions, désespéré, il s’immole par le feu devant le gouvernorat. Il aurait déclaré préférer « mourir que vivre dans la misère ».

Cet évènement fut l’étincelle qui déclencha le printemps arabe. Face aux manifestations pacifiques Ben Ali tombe, puis Moubarak. Puis vient le temps de la Libye, de son pétrole, de son matos de censure et de traque des opposants politiques vendu par une boîte française . Concernant la Libye, sachez que le film « Le Serment de Tobrouk » de Bernard Henry Lévi est un grossier tissu de mensonges propagandiste et je pèse mes mots. On se croirait revenu en ex-URSS. J’y reviendrais peut-être dans un futur post mais svp si vous voulez vraiment voir ce film, ne payez pas un kopek. Si vous voulez un docu , « Traqués », diffusé sur Canal + est un bel exemple d’investigation.

Revenons-en au printemps arabe. Celui-ci se développe dans tout le monde arabe, loin des caméras des groupes de presse occidentaux, au Yémen, en Syrie, dans toute l’Afrique du Nord, il a même des répercussions en Europe avec les Indignados et aux Etats-Unis avec le mouvement Occupy. Les imbrications entre occident et Monde Arabe sont nombreuses et se dévoilent au fur-et-à-mesure que la Révolution évolue. Notamment entre les gouvernements autoritaires et les entreprises privées.

Certaines d’entre elles, répertoriées par Wikileaks dans ses fameux spyfiles, ont vendu à Bachar El-Assad un système sophistiqué de surveillance des réseaux. Cela permet au gouvernement de repérer sur les réseaux les opposants politiques afin de les faire arrêter, torturer ou tuer. Officiellement ce « produit » sert à repérer les pédophiles et les terroristes. Aujourd’hui en Syrie, les terroristes sont ceux qui révèlent au monde la Corruption de leur régime, la Répression meurtrière qui a déjà enlevé la vie à des milliers d’enfants et à au moins 13 000 manifestants. Rappelons-nous que ceux-ci, comme en Libye, en Egypte ou en Syrie, procèdent de manière pacifique. Ce sont des familles, des étudiants, des médecins, des chômeurs, des ingénieurs, des civils en somme. Pas des terroristes.

Leurs seules armes sont des appareils photo, des caméras, des webcams, des mots, tous ces outils qui leur permettent de capturer des preuves de la dureté de la répression. Ils partagent ensuite cela sur Internet, en espérant attirer l’attention des occidentaux, pour qu’eux attirent l’attention des médias, qui enfin attireront l’attention des politiciens, forcés par la Démocratie de répondre aux attentes des citoyens qu’ils disent représenter. Le meilleur allié des peuples arabes, c’est Internet, et donc les Internautes. Voilà pourquoi il est important de relayer l’information, même à petite échelle. A ceux qui ne croient pas « qu’un like peut renverser un dictateur » (sob) qu’ils demandent à Moubarak, à Ben Ali, à Kadhafi, à Saleh ce qu’Internet a fait pour eux.

Le nerf de la révolution est donc l’information, d’où l’importance de relayer. Mais le gouvernement syrien dispose de deux armes pour la contrer, en plus des armes à feu et des assassinats. La propagande, classique, on brouille les pistes dans les grands médias et on attend que les grands médias étrangers relayent comme des moutons sans vérifier leurs sources. Puis il y a la censure (cf BlueCoat, qui compte Assad parmi ses clients).

Heureusement pour le peuple syrien, le monde est plein de gens plus doués en informatique que le sont les militaires syriens. Telecomix par exemple, Reflets, FHIMT. Ceux-ci sont en première ligne sur Internet pour aider les syriens à se protéger de la surveillance gouvernementale, pour les aider à contourner la censure et à diffuser leurs images et leurs mots aux habitants du monde qui ont la chance de ne pas vivre sous la censure.

Maintenant que le cadre est posé, entrons dans le vif du sujet. Parmi les nombreux massacres, certains ont fini par attirer l’attention des puissances internationales. Le Vendredi 25 mai 2012, dans la ville de Houla, 108 syriens dont des bébés sont tués par l’Armée. En conséquence, des révolutionnaires s’arment et rejoignent la FSA (Free Syrian Army). La contestation se radicalise partiellement. Dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 juin, 78 villageois de Qubeir sont également massacrés par l’Armée.

Aujourd’hui, jeudi 7 Juin 2012, avait lieu une Assemblée générale des Nations Unies et, une fois n’est pas coutume, la Syrie était au cœur des discussions. Un émissaire de Bachar el Assad, Bachar Jaafari était envoyé pour s’expliquer devant les Nations Unies.

Vous constaterez qu’il commence par condamner, au nom de son gouvernement, le massacre d’Houla pourtant perpétré par l’Armée dirigée par ce même gouvernement. Il émet ensuite l’hypothèse qu’une troisième partie pourrait être en place en Syrie. En d’autres termes, que les massacres sont dus à une mystérieuse organisation anti-ONU qui commet des attentats suicide ou des massacres à chaque fois que l’ONU traite du cas Syrien.

« Un point important, messieurs : vous-vous souviendrez peut-être que chaque fois que le Conseil de Sécurité avait prévu une session pour discuter de la crise syrienne, quelque chose devait se produire en Syrie. Ou un attentat-suicide, ou une attaque terroriste, ou une forme de massacre, celle dont, malheureusement, nous discutons aujourd’hui. Donc, ce n’est pas une coïncidence fortuite que ce massacre ait eu lieu seulement un jour avant l’arrivée de M. Kofi Annan en Syrie. »

Un bobard qui sonne comme une menace aux Nations Unies. Il nous sort même le bon vieux spectre d’Al Qaeda infiltré en Syrie, toujours pratique pour justifier la répression aux yeux des peuples occidentaux.

Kofi Annan, ex-secrétaire général des Nations Unies, joue un rôle important. Envoyé spécial des Nations-Unies en Syrie, il est l’artisan d’un plan de pacification ayant imposé un cessez-le-feu peu respecté depuis le 10 Avril. Il a écrit une lettre importante aux Nations Unies, préalablement à l’AG d’aujourd’hui où il affirme que le plan de pacification en place est ignoré par le régime.

Des observateurs des nations unies ont également été envoyés en Syrie pour constater les massacres, mais encadrés par l’Armée Syrienne ils ne peuvent voir que la partie émergée de l’iceberg. Aujourd’hui, alors qu’ils étaient en route vers la ville de Qubeir pour constater, cette fois, un massacre, les observateurs sont tombés dans une embuscade.

Aujourd’hui également, la Chine, la Russie et quatre pays d’Asie Centrale se sont opposés à une intervention armée en Syrie.

Face à la brutalité de la répression syrienne et aux intérêts économiques des grandes puissances, le peuple syrien dispose de caméras et d’appareils photos, mais une partie des révolutionnaires ont aujourd’hui choisi des armes plus radicales. Nous, internautes, avons le pouvoir d’aider les syriens, de relayer l’information, de contribuer même à petite échelle pour forcer nos dirigeants à augmenter la pression sur le régime de Bachar el Assad pour trouver une solution diplomatique, bien qu’après tant d’horreurs et de sang versé il paraît évident que les dirigeants syriens devront, à terme, choisir entre la mort, l’exil et la prison.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s